Les sushis sont-ils bons pour la santé ?

Le 25/09/2013 à 08h00 - Traditions japonaises

Mis à part les sumos, qui sont obligatoirement obèses, les Japonais sont réputés être sveltes. Cette réputation est surtout due au fait que la gastronomie japonaise est saine, parce que basée sur des aliments diététiques. Le sushi, un plat typiquement japonais, constitue l’une des principales raisons de la bonne silhouette des Japonais. Les ingrédients utilisés dans la préparation des sushis sont tous des aliments sains. D’autant plus que les Japonais demeurent encore les champions de la longévité dans le monde. Ainsi, il ne serait pas logique de comparer la qualité nutritionnelle des sushis à celle de certains plats occidentaux hypercaloriques et sur-vitaminés.
Sushis bons santé

Sushi : valeurs nutritionnelles
Pour la préparation de sushis, les poissons utilisés sont des poissons très peu caloriques, comme le bar et la daurade, qui apportent moins de 100 Kcal pour 100 g. Le saumon et le thon, qui sont des poissons plus gras, quant à eux, contiennent une forte teneur en oméga 3, ces acides gras qui diminuent les risques de cancers et de maladies cardiovasculaires. Ces derniers temps, il circule certaines fausses idées, selon lesquelles le sushi serait aussi calorique que les hamburgers. Toutefois, des études ont montré que 100 grammes de sushis apportent environ 150 calories, tandis que 100 grammes de hamburger apportent plus de 250 calories. Les chiffres parlent d’eux-mêmes.

Des risques maîtrisés
Les risques encourus pour la consommation de sushi ne sont pas plus élevés que ceux que représentent toute autre forme d’aliment. Tout dépend des conditions de préparation du plat (conservation, propreté, etc.). Néanmoins, les poissons crus présentent des risques possibles de contaminations bactériennes, mais ces risques sont très rares. Par ailleurs, il existe différents types de sushis qui ne contiennent pas de poisson cru, mais qui sont accompagnés de crevettes cuites, de crabes cuits, d’omelette, ou encore de légumes.
Une étude de l’institut américain de recherche sur la biodiversité et du groupement d’associations Zero Mercury Working Group (ZMWG) annonce que la majorité des gros poissons serait contaminée au mercure (thon, espadon, requin, etc.). Mais, cette remarque ne concerne pas uniquement les poissons utilisés pour les sushis, mais la totalité des poissons du monde entier. En d’autres mots, on ne peut pas dire que les sushis présentent plus de risques que les autres aliments à base de poisson. D’autant plus que ce constat concerne une catégorie particulière de poissons, à savoir, les gros poissons et les prédateurs.

Précautions
Les précautions à prendre pour la consommation de sushis sont les mêmes que l’on prend habituellement pour toute alimentation : s’assurer de la propreté dans la préparation et de la fraîcheur des produits, éviter tout excès, etc.
Les recommandations spécifiques s’adressent surtout aux femmes enceintes qui consomment des sushis, qui présentent des risques plus accrus à la bactérie Listéria, et qui risquent de transmettre la bactérie au fœtus. Ceux ou celles qui souhaitent préparer leurs propres sushis à la maison doivent également tenir compte des conditions de propreté de leurs préparations. Finalement, si l’on pense manger des sushis dans un restaurant de cuisine japonaise, le choix du restaurant revêt une importance considérable.