Bien choisir son restaurant japonais

Le 20/09/2013 à 08h00 - Actualités Japon

La cuisine japonaise attire de plus en plus le goût des Français. Les restaurants japonais augmentent en nombre rapidement, surtout à Paris et en Ile-de-France. Près de 1 600 restaurants de sushis dans l’Hexagone, 36% à Paris, et 66% en Ile-de-France. Quoique le marché de sushi ne représente actuellement qu’un pourcent de la restauration commerciale française, le secteur ne cesse de se développer, en s’implantant peu à peu en franchise dans les provinces.
Les grands noms de la restauration japonaise, tels que O’Sushi, Planet Sushi, Sushi Shop, Sushi West, Eat Sushi, etc., manipulent 864 millions d’euros de ventes annuelles. On notera que les restaurants japonais ne servent pas uniquement des sushis et variantes. D’autres menus typiquement japonais peuvent également être servis à merveille dans les restaurants japonais de France, tels que les teppanyaki, benetos, kushiages, ramens, des soupes, des nouilles, etc.
Choisir restaurant japonais

Des restaurants japonais par des Chinois
De nombreux restaurants servent des mets japonais, mais force est de constater que la qualité des plats et/ou du service n’est pas toujours la même. A Paris, de nombreux restaurants japonais sont tenus, non pas par des Japonais, mais par des Chinois. Les causes de ceci pourraient se trouver dans le fait que de nombreux restaurants chinois ont été dénoncés par un reportage télévisé, concernant les mauvaises conditions d’hygiène de leurs restaurants. Ces restaurants chinois se sont très vite transformés en restaurant japonais.
D’autant plus que peu de gens arrivent à distinguer un japonais d’un chinois. Néanmoins, manger japonais est tout un art, et proposer des services de restauration du type japonais nécessite du savoir-faire véritable, afin de respecter les traditions ancestrales liées à la culture culinaire japonaise.
D’autres enseignes non chinoises ont remarqué et suivi cette tendance, surtout que les Français apprécient de plus en plus la cuisine japonaise. Ouvrir un restaurant japonais est devenu une affaire qui rapporte, dans la mesure où les mets typiquement japonais sont encore réservés à une certaine clientèle aisée.

Faire son choix
Au vu de ce qui précède, le consommateur a intérêt à bien faire son choix, au risque de se retrouver déçu par ce que l’on lui offre de menus typiquement japonais. Pour devenir un véritable chef cuisinier japonais, « maître sushi », il faut dix ans de formation. Dans le souci de garder l’authenticité et la valeur de la cuisine japonaise, un comité d’évaluation de la cuisine japonaise (CECJ) a été mis en place, mais a été dissous plus tard. Soutenu par l’Ambassade du Japon et de l’Organisation  Japonaise du Commerce Extérieur, le CECJ émettait des recommandations pour les restaurants japonais « authentiques ». Ses principaux objectifs étaient de promouvoir les restaurants japonais authentiques, sensibiliser et informer les consommateurs français à l’art culinaire japonais.
En attendant, le meilleur moyen pour ne pas se tromper dans son choix de restaurant japonais serait encore de s’informer sur les sites web, blogs ou autres forums sur Internet.