Les compléments alimentaires dans la culture japonaise

Le 16/04/2013 à 10h10 - Culture japonaise

Au Japon, les compléments alimentaires, traduits par sapurimento, font partie intégrante du mode de vie. Les Japonais en prennent, non pas parce qu’ils sont à la mode, non pas pour se doper, mais bel et bien parce qu’ils sont convaincus de leurs impacts positifs sur leur santé.

Les compléments alimentaires font partie des habitudes alimentaires nippones
Les compléments alimentaires sont présents dans la vie de tous les jours des Japonais. Un homme sur six et une femme sur quatre en prennent régulièrement. Habituellement, les compléments alimentaires sont conditionnés dans des capsules ou des petites pilules. Le but est de palier aux carences naturelles de l’organisme en lui apportant ce qui lui manque en termes de vitamines (y compris la coenzyme Q10), de calcium, de minéraux et d’autres substances dont le corps a besoin.  Contrairement à la France qui associe les compléments alimentaires aux médicaments, au Japon ils sont considérés comme des aliments. Voilà pourquoi ils sont proposés en libre-service en pharmacies et dans les supérettes.


Les compléments alimentaires pour rétablir l’équilibre nutritionnel
Contrairement à ce que l’on pense, le Japon rencontre des problèmes nutritionnels liés, non pas à des carences, mais à un déséquilibre nutritif. Ce dernier augmente les risques de cancer, favorise l’apparition des maladies cardiaques et ne met pas à l’abri des maladies cérébrovasculaires. D’ailleurs, plus de la moitié des décès au Japon surviennent suite à ces pathologies.
Le mode de vie moderne des Japonais est à l’origine de ce déséquilibre nutritionnel. Le pays est réputé pour ses fast-foods, l’engouement pour le finger food et la profusion des établissements de restauration rapide. C’est que les Japonais mangent souvent dehors, par manque de temps, mais aussi parce que prendre son repas à l’extérieur coûte moins cher que de le cuisiner.
Or, les mets proposés dans ce genre d’enseigne, comme en Europe d’ailleurs, sont extrêmement riches en calorie. En faire son repas quotidien expose notamment à l’obésité. Parallèlement, les plats servis dans ces établissements sont pauvres en vitamines et minéraux en raison de la sélection des ingrédients. Pour combler le déséquilibre, les compléments alimentaires sont sollicités.
Par ailleurs, il existerait une corrélation entre la vulgarisation des compléments alimentaires et la philosophie asiatique prônant une alimentation préventive. Selon cette philosophie, la consommation quotidienne d’une nourriture saine revient à s’offrir un barrage, une barrière contre certaines maladies. Ainsi, pour les Japonais, il est salutaire, si on veut rester en bonne santé, de prendre des compléments alimentaires. Rappelons encore une fois que ces derniers sont vus comme des aliments au Japon.

Le succès des compléments qui compensent les déséquilibres nutritionnels
Les compléments les plus sollicités sont ceux qui regorgent de vitamines et minéraux. En outre, les Japonais apprécient le Wa Sapuri, un produit mis en point par les laboratoires Matsumoto Kiyoshi. Le Wa Sapuri reproduit dans son flacon les vertus sur la santé de la gastronomie japonaise qui tendent à disparaître depuis le succès de la restauration rapide dans le pays.
Il existe d’autres compléments qui rencontrent une grande popularité auprès de la population de l’archipel. C’est le cas de ceux contribuant à maintenir sa beauté ou encore de ceux qui permettent de suivre sereinement un régime alimentaire sans aucune sensation de privation.
On trouve également des compléments alimentaires que l’on prend pour combattre l’insomnie, ou pour retrouver sa libido.