Pourquoi ne doit on pas manger de sushis pendant la grossesse

Le 20/05/2013 à 08h00 - Cuisine japonaise

Le poisson cru contenu dans les sushis constitue un vecteur non négligeable de maladies en raison d’une éventuelle mauvaise qualité microbiologique, mais aussi parasitaire.
Le danger microbiologique résulte de l’absence de la moindre étape de traitement par la chaleur. À cela s’ajoute un possible manque d’hygiène pendant la préparation des poissons ainsi que leur conservation. Il en résulte l’apparition de germes tels que les staphylocoques dorés et les bacillus cereus. Ces germes libèrent des toxines à l’origine de l’apparition des symptômes gastro-intestinaux.
Le risque parasitaire est lié au rôle joué par le poisson dans le cycle naturel des larves. Les mammifères marins abritent en leur sein des vers qui pondent des œufs lesquels seront rejetés dans la mer par le biais de leurs excréments. De ces œufs naissent des larves responsables de la contamination du plancton. Or, étant donné que ce plancton constitue la principale source de nourriture du poisson, ces derniers seront contaminés à leur tour.
En consommant ces poissons encore crus, l’homme s’expose à un risque élevé de contamination, car il est susceptible d’ingurgiter dans la même foulée les larves. Si cela se produit, des problèmes digestifs apparaissent alors.
Femme enceinte sushi

Conséquence de ces risques sur les grossesses et l’allaitement
Il est déconseillé de consommer du poisson cru durant la grossesse pour ne pas exposer à quelques risques que ce soit, à la fois la future maman et le fœtus. En plus des bactéries précédemment citées, le poisson cru est susceptible d’abriter des parasites connus sous le nom d’Anisakis. Ces parasites entraînent des vomissements et des crampes abdominales douloureuses. Les poissons contenus dans les sushis peuvent également contenir une forte concentration de métaux lourds tels que le plomb.
Toutefois, après l’accouchement, la maman peut déguster en toute quiétude des sushis. En effet, les bactéries et les parasites ne peuvent atteindre le nourrisson, le lait maternel ne constituant pas une voie de transmission pour eux.

Les solutions
Pour éliminer les risques d’intoxication alimentaire liés à la consommation de poissons crus, il importe de respecter minutieusement un certain nombre de règles d’hygiène.
Tout d’abord, essayez de vérifier que le poisson utilisé est frais et qu’il a fait l’objet d’un contrôle par les autorités sanitaires.
Si le poisson est congelé, la température idéale est comprise entre -20 et -18 °C si la congélation dure 2 jours. Si celle-ci est réalisée pendant 15 heures, il faut une température de  -35 °C pendant 15 heures. En respectant ces normes, la majorité des parasites qui vivent dans le poisson seront tués.
D’autres parts, les sushis doivent être immédiatement consommés une fois réalisés. Si ce n’est pas le cas, leur conservation se fait impérativement à 5 °C et la consommation doit avoir lieu quelques heures après. Voilà pourquoi il est capital que les bars à sushis préparent leurs pièces à la commande. Pour ce qui est des sushis à emporter, leur consommation doit intervenir dans les heures qui suivent l’achat.  
Enfin, examinez toujours le poisson dans vos sushis. Aucune odeur ne doit en émaner et il ne doit pas être mou ni pâteux