L'Azuki, un haricot rouge japonais très prisé !

Le 31/01/2014 à 08h58 - Produits japonais

Le haricot rouge azuki, également appelé le haricot rouge du Japon, est un produit très utilisé dans la cuisine de l’archipel. On peut également le trouver dans la cuisine coréenne, vietnamienne ou chinoise. Découvrez les différentes utilisations de cette légumineuse cultivée depuis plus d’un millénaire.

L’anko : pâte de haricot azuki très utilisée en pâtisserie
 Il n’y a pas que le sushi dans la gastronomie japonaise ! Les nombreuses recettes à base de haricot azuki sont une preuve de la diversité de la cuisine nipponne. À partir du haricot rouge, on fabrique une pâte appelée anko que l’on utilise dans de nombreuses recettes sucrées.
L’anko se présente sous différentes formes. En premier lieu, il y a le tsubuan qui est la forme la plus simple. Il s’agit de haricot azuki entier bouilli dans de l’eau sucrée. Lorsque le tsubuan est broyé avec les cosses, on l’appelle le tsubushian. La forme la plus courante de l’anko est le koshian. Il s’agit d’une préparation dérivée du tsubushian que l’on aura passé dans un tamis afin d’enlever les cosses. La pâte ainsi obtenue est lisse.
A partir de l’anko, on peut préparer du daifuku, une pâtisserie à base de riz gélatineux. Les amateurs de préparations sucrées aimeront également l’anpan qui est une sorte de brioche fourrée à l’anko. Ce ne sont là que quelques exemples de pâtisseries à l’azuki, puisqu’on compte d’autres recettes délicieuses et authentiques.
Azuki haricot rouge

L’amanattō : une friandise très appréciée
L’amanattō est une friandise originellement préparée à base de haricots azuki. La préparation est simple, mais nécessite beaucoup de temps. Il faut en effet faire cuire l’azuki dans de l’eau sucrée avant de le sécher. On l’enrobe ensuite dans du sucre cristallisé. L’apport énergétique de l’azuki est plus faible que celui des friandises confectionnées avec uniquement du sucre. C’est par ailleurs un apport en protéines non négligeable.

Le sekihan : un plat de fêtes
Durant les jours de fête au Japon, il est courant de servir le sekihan. Il s’agit d’un plat traditionnel confectionné à partir du riz gluant que l’on cuit à la vapeur avec des haricots azuki. Le sekihan est un plat hautement symbolique puisqu’il associe les deux couleurs traditionnelles de la nation nipponne, à savoir le rouge et le blanc. L’union de ces deux couleurs représente la perpétuation de la vie et le passage d’une étape importante.

La soupe d’azuki
La soupe d’azuki est un mets simple et savoureux. Facile à préparer, la soupe d’azuki peut être sucrée ou salée. Ce plat est particulièrement indiqué durant les longs mois d’hiver. Si vous décidez d’en préparer, n’oubliez pas de faire tremper l’azuki durant une nuit entière.

Et le sushi à l’azuki ?
Il n’y a pas de sushi traditionnel basé sur l’utilisation des haricots azuki, mais son goût délicat et sa texture fondante se marient parfaitement avec le poisson et le riz mochi. L’azuki peut notamment être un moyen de teinter le riz en rouge et d’obtenir une nouvelle combinaison de couleurs et de saveurs. À essayer !