Arte démystifie le mythe des samuraïs

Le 29/01/2014 à 06h44 - Culture japonaise

SI il y a bien un cliché qui symbolise le japon, ce sont les samuraï. Ces guerriers de l'époque médiévale japonaise jouissent aujourd'hui d'une grande notoriété, colportée par de nombreux films dont "Le dernier Samuraï" en tête de proue. Pourtant, derrière les clichés héroïques colportés par Hollywood et l'industrie du cinéma japonaise se cache une tout autre réalité. En effet, les samuraïs cachent un monde fait de violence comme le monde en a rarement connu. 
ARTE, réputé pour la qualité de ses documentaires s'es attaqué au sujet, et a réalisé un dossier d'une heure sur les samuraïs, les mythes et la réalité. Un reportage édifiant, qui replace les samuraïs dans leur rôle historique. 
Samuraï ARTE

Samuraï, un statut héréditaire
La plupart du temps, le statut de samuraï était un statut hérité de son père. Néanmoins, quelques hommes avaient la possibilité de se révéler sur les champs de bataille et de grimper les échelons de l'échelle sociale. C'est le cas notamment d'un certain nombre de paysans, enrôlés de force pour devenir fantassins sur les champs de bataille, et qui ont gravit les échelons en ramenant des trophées de samuraïs adverses. 

Une passion étrange, la collection de têtes coupées
Loin des clichés des films ou le samuraï pleure et respecte la mort de son ennemi, sur le champ de bataille, la réalité est toute autre... En effet, une fois un samuraï adverse tué, celui-ci était décapité pour présenter la tête à son seigneur, en vous laissant imaginer la barbarie de la scène. Les têtes coupées permettaient aux samuraïs de récolter les honneurs, et éventuellement des promotions telles des terres ou des hommes sous leur commandement. 
Une fois les têtes présentées aux seigneurs, celles-ci étaient retournées à la famille du défunt, afin que le deuil puisse se terminer poiur celle-ci. En effet, selon les croyances, une âme ne pouvait pas monter au ciel si le corps était privé de sa tête... 

Le Seppuku, suicide rituel pour l'honneur
Un samuraï déchu avait 2 possibilités pour le restant de ses jours. Renoncer à son statut, ses terres, et vivre dans la honte pour le reste de ses jours, ou procéder au suicide rituel appelé Seppuku, et se trancher l'intestin avec son katana. S'en suivait une agonie lente et douloureuse, mais la famille du défunt avait ainsi la possibilité de conserver les titres et les terres du samuraï. 

Le documentaire de Arte
Arte résume parfaitement la situation des samuraïs ainsi que leur vie, au travers d'un docu-fiction se basant sur des écrits de l'époque. Une très belle réalisation qui permet de bien comprendre le fonctionnement de cette caste, trop souvent surestimée... 
Le film est à voir sur le site d'ARTE
Samuraï   Samuraï   Samuraï