Sushis et intoxication au mercure, que risquez-vous ?

Le 28/04/2014 à 07h14 - Actualités Japon

De plus en plus, le poisson est décrié pour sa teneur élevée en mercure. En effet, les eaux de notre planète étant particulièrement polluées, les poissons se chargent de substances dangereuses, le mercure en tête de liste. C'est un problème généralisé sur le poisson vendu, mais qui par voie de conséquence nuit grandement à l'activité des restaurants japonais. De la se pose une question simple : est ce que je risque une intoxication au mercure en consommant des sushis ? 
Sushi mercure

La réponse est qu'en règle générale, vous ne devez pas vous soucier d'une possible intoxication au mercure, sauf si vous avez une consommation très importante de poisson, ou que vous êtes particulièrement sensible au mercure. Ainsi, si vous consommez des sushis de manière modérée (1 à 2 fois par mois), pas de soucis, vous ne courrez aucun risque. 
En revanche, si vous avez une consommation de sushis plus importante, il peut être intéressant pour vous d'adapter votre consommation de poisson en fonction de la teneur potentielle en mercure des types de poissons. En effet, la teneur en mercure des poissons dépend de la taille de ceux-ci. Plus ils sont grands, plus leur teneur en mercure est importante. Ainsi, très peu de risque d'intoxication avec des poissons comme le maquereau, le hareng ou les crevettes. En revanche, les risques sont plus importants pour les poissons plus grands (qui mangent les autres poissons et donc qui ingèrent plus de mercure), tels le thon, l'espadon ou encore le requin. Quand au saumon, le poisson le plus consommé dans les restaurants japonais, c'est l'un des rare poisson de taille moyenne qui ne contient que très peu de mercure. 
Alors me direz-vous, qu'est ce qu'une consommation raisonnée de sushis? A titre d'exemple, une personne de 60 kg peut manger jusqu'à 170 grammes de poisson avec une faible teneur en mercure 2 à 3 fois par semaine sans courir aucun risque. Elle pourra également consommer jusqu'à 1 fois par semaine d'un poisson avec une teneur moyenne en mercure, comme le flétan, ou le thon à nageoires jaunes. En revanche, les poissons à forte teneur en mercure sont à retirer de votre alimentation. Et pour ce qui est des femmes enceintes, il ne faut pas supprimer le poisson de votre alimentation car celui-ci est essentiel pour le développement du cerveau de votre enfant. En revanche, ne mangez que des poissons à très faible teneur en mercure.